Des méthodes SEO old-school dépassées en 2017.

6 façons de rater votre référencement SEO

Michel Bouchard Rédiger pour le web, Savoirs numériques, SEO


“La définition de la folie, c’est de refaire toujours la même chose et d’espérer des résultats différents.”

― Albert Einstein


Toutes les traditions ne sont pas nécessairement bonnes. Avec les mises à jour récentes de Google, les vieilles habitudes en SEO ont été secouées. La rédaction naturelle prend du galon, alors que les méthodes traditionnelles d’optimisation n’obtiennent plus autant de succès. Pour donner du lustre à vos contenus en 2017, regardons quelques méthodes de rédaction inefficaces en SEO aujourd’hui.

1. Ignorer le trafic estimé au moment de choisir ses mots clés

Oui, vous devez inclure des mots clés et des expressions stratégiques dans votre site web. Même en 2017, c’est encore utile!

Par contre, ne visez pas simplement à placer tous vos mots clés dans votre site, cherchez-en qui vous attireront de la clientèle.

Pour ce faire, ne regardez pas simplement la compétition payante (PPC sur Google Ads). Celle-ci donne un indice quant à la difficulté d’un mot clé, mais elle ne dit pas grand-chose sur la compétition naturelle. Vérifiez plutôt :

• le nombre de recherches mensuelles
• le trafic estimé
• les efforts d’optimisation requis pour être compétitif
• le KEI – Keyword Effectiveness Index

Personnellement, j’utilise Rank Tracker de LinkAssistant.com. Le logiciel est payant, mais vous pouvez utiliser d’autres outils pour observer ces statistiques.

Choisir des mots clés en fonction des visites potentielles et de la compétition.

Choisissez des mots clés qui génèrent du trafic pertinent vers votre site web.

Pour aller plus loin, vous pourriez même analyser les sites occupant les premières positions avec vos mots clés. Combien de mots ont-ils dans leurs pages en moyenne? Quels sont leurs mots clés principaux? Combien de pages contient leur site? Ont-ils contextualisé leurs mots clés dans un message? En observant tout cela, vous aurez une meilleure idée du défi d’optimisation qui vous attend.

Truc de rédaction : analysez la compétition et vérifiez la difficulté relative de vos mots clés pour trouver des opportunités et pour mieux comprendre le défi qui vous attend.

2. Utiliser des mots clés sans ajouter un contexte

Si votre objectif est de placer un ensemble de mots clés dans un titre, vous faites fausse route. L’idée, c’est plutôt valoriser vos mots clés à l’intérieur d’un message clair. Autrement dit, les mots clés sont plus efficaces lorsqu’ils sont contextualisés.

Prenons l’expression « serrurier clé en main ». À la place, on pourrait écrire « Services de serrurier clé en main ». Le mot clé demeure le même (Serrurier clé en main), mais on le contextualise à l’aide de « services ». Qui plus est, un tel titre démarche à la fois « services + serrurier » et « serrurier clé en main ».

Pensez entre autres aux très nombreux sites de spam ou même de scam. Ils ne font aucun effort pour rédiger des titres originaux. Ils placent systématiquement les mots clés qu’ils veulent démarcher et ajoutent une quantité phénoménale de mots pour ne rien dire de tangible ou d’utile.

Rédiger un titre original en y utilisant votre mot clé vous donnera une bien meilleure notoriété. Cette tendance se montre de plus en plus efficace à mesure que Google améliore ses algorithmes.

Truc de rédaction : contextualiser les mots clés à l’intérieur d’un message clair est un moyen efficace d’attirer les clics.

3. Le linkbaiting et l’appât du lien

Il peut être tentant de profiter d’une tendance populaire pour attirer des clics vers son site web. Cette pratique vise en fait à lier des contenus qui ne font pas toujours bon ménage. Un spécialiste en SEO pourrait ainsi rédiger un article intitulé « Star Wars a tué le SEO ». Je risquerais fort de cliquer sur cet article et de le partager, même si au fond de moi, j’aurais de forts doutes sur le sérieux de l’auteur.

Le côté obscur du netlinking et le linkbaiting.

Le linkbaiting : le côté obscur du netlinking.

C’est le propre du linkbaiting : attirer les liens entrants, les partages. La méthode vise surtout à créer des contenus choquants ou étonnants. La qualité ou la nature des liens créés importe peu avec cette méthode.

Pour éviter les pénalités causées par des liens entrants de mauvaise qualité, misez sur des articles contenant des données, des observations, des astuces concrètes. « L’histoire de nos souliers québécois, de 1980 à aujourd’hui » ou encore « Les tendances SEO en 2016 » sont de bons exemples d’articles susceptibles d’être partagés. Ils ajouteront beaucoup de valeur à vos efforts sur le web. Qui plus est, les articles contenant des données sont très en vogue et vous amèneront du trafic pertinent.

Mieux vaut éviter d’acheter des liens également. Les conséquences sur votre positionnement pourraient être désastreuses!

Truc de rédaction : rédigez des contenus pertinents qui seront partagés pour les bonnes raisons. Ne cherchez pas à lier une tendance populaire avec vos activités uniquement pour forcer les liens pointant vers votre site. Votre SEO se construit sur le long terme, avec des efforts constants et réguliers.

4. Le clickbaiting et articles vides

En complément du point précédent, parlons de mon sujet « préféré » en rédaction web, soit le fameux clickbait – ou le putaclic en français. La technique est simple : écrire pour attirer les clics, souvent à tout prix. Souvent, on cherche à attirer les internautes sur une page au contenu publicitaire.

J’avais fait du clickbaiting le sujet d’une de mes premières capsules sur Youtube, tellement la pratique est utilisée, notamment sur les réseaux sociaux.

Déclarer la mort du blogging dans votre titre et dans vos publications sur les réseaux sociaux fera son effet. Expliquer et démontrer une telle affirmation est toutefois nécessaire, sinon, on retiendra surtout que vos promesses de contenu ne valent pas grand-chose. D’autant plus que le blogging est loin d’être complètement mort, même s’il connait de profondes transformations.

Le clickbait fait de l’émotion suscitée le moyen ET la fin. On crée une réaction sans rien offrir de concret. Autrement dit, le contenu est sacrifié sur l’autel de l’achalandage.

« Comment être premier sur Google » est un titre accrocheur qui attire les gens et laisse croire qu’on a la solution miracle en référencement web. Comme tout bon clickbait, ce titre ne mène pas souvent vers un article ou un service de qualité. En réalité, Google nous met en garde contre ce genre d’affirmation dans son guide sur le référencement!

Attention aux spécialistes qui garantissent une première place sur Google.

Attention aux professionnels et aux SEOistes en herbe qui garantissent une première place sur Google.

Il n’y a pas de recette miracle pour être premier sur Google. Pour y arriver, ça demande du temps, des efforts et bien souvent de l’argent. Le contenu d’un article annonçant sans nuance qu’il vous montrera comment être « premier » m’apparaîtrait donc bien douteux.

En fait, le clickbait est très similaire aux émissions publicitaires. Tout est dans la présentation! On cherche à vendre l’idée qu’une solution simple existe pour des problèmes complexes. Trop souvent, le produit ou le service reçu laisse à désirer.

Clickbaiting et contenus de qualité de font pas bon ménage.

Le clickbait mise sur la présentation, non sur la qualité des contenus.

Truc de rédaction : évitez les titres contenant des promesses de grandeur, des surprises ou de grandes révélations sans fondement. Donnez l’eau à la bouche pour les bonnes raisons, avec des contenus pertinents de qualité.

5. Insérer des mots clés dans tous les textes d’ancrage

Il n’y a pas si longtemps, j’étais étonné de lire qu’en rédaction web, les textes d’ancrage pour tous les liens internes doivent ABSOLUMENT contenir que des mots clés et qu’il doit y en avoir plusieurs dans chaque page.

S’il est vrai que les liens internes sont utiles pour faciliter la navigation pour les utilisateurs, il faut toutefois faire attention à en abuser, au risque d’être pénalisé.

Ainsi, tous les liens difficiles d’accès, les liens bourrés de mots clés en bas de page, les liens systématiques sur tous les mots clés et les liens ajoutés sur du texte pâle, tout petit ou voir même invisible, donnent l’impression que le site est un peu louche. Il sera sans doute éventuellement pénalisé par Google.

À la place, visez à rendre la navigation sur votre site naturelle, intuitive et simple. Les liens dans les footers (bas de page) et dans le menu de navigation sont évidemment requis. Ajouter des liens aux boutons est également souhaitable, de même qu’aux images de temps en temps. Si vous avez du texte qui fait référence à une autre page ou à un article, oui, vous pouvez y placer un lien. Faites simplement attention à ne pas en abuser.

Truc de rédaction : placez des liens où c’est utile et naturel, comme à l’intérieur d’une phrase ou d’une expression. Évitez où c’est inutile et douteux, comme en rendant le texte d’un lien invisible ou en plaçant des liens à chaque fois que vous utilisez un mot clé.

6. Créer une page par mot clé, systématiquement

Créer une page par mot clé n’est pas toujours nécessaire. Du point de vue des utilisateurs, ça peut même devenir mêlant.

Avec les nouvelles mises à jour de Google comme RankBrain et Hummingbird, le moteur de recherche s’intéresse davantage aux sujets et aux intentions des utilisateurs. Il n’est donc plus si bénéfique de créer des pages pour toutes les occurrences et variations d’un mot clé. Ça peut sembler fonctionner à court terme, mais durablement, mieux vaut créer des « bundles » de mots clés similaires ou liés.

Voyez la chose du point de vue des internautes. « Gâteau au chocolat », « Gâteau au chocolat délicieux », « Bon gâteau au chocolat » et « gâteau au chocolat décadent » pourraient tous figurer sur une seule page. À condition bien entendu de remplir adéquatement les balises, d’optimiser la « Title » pour qu’elle soit attrayante et de rédiger une métadescription invitante.

Créer une page indépendante avec « Bon gâteau au chocolat » pourrait évidemment être pertinent, à condition que le contenu de la page ne serve pas uniquement à prolonger le contenu d’une autre.

Truc de rédaction : créez des « paquets » de mots clés pour chaque page plutôt que de créer une page par mot clé.

Que nous réserve 2017?

Il y a plusieurs nouveautés qui pourraient bien voir le jour en 2017. Pour ma part, je suis particulièrement enthousiasmé par l’arrivée d’outils pour analyser les recherches vocales. J’espère que ce sera pour bientôt!

Pour la rédaction elle-même, la tendance de Google à vouloir rendre les résultats de recherche de plus en plus appropriés passe notamment par la rédaction de contenus optimisés. Ceux-ci doivent cependant être naturels et pertinents, sans quoi le moteur de recherche ne manquera pas de vous pénaliser.

Attirer les mauvais utilisateurs servira surtout à faire augmenter votre taux de rebond (ceux qui quittent rapidement votre site sans poser d’action). Votre taux de conversion risque également d’en subir les conséquences!

Pour synthétiser tout ça, disons qu’il n’est plus suffisant en 2017 d’écrire de courts articles truffés de mots clés et de liens. La compétition sur le web est féroce! Il faut se doter d’une stratégie de référencement complète pour être compétitif.

Et évidemment, il ne faudra pas oublier d’optimiser votre site web pour les appareils mobiles si ce n’est déjà fait!

Propagez cet article!

Profil du remédiateur

Michel Bouchard

Facebook Twitter Google+

Je suis Michel Bouchard, rédacteur et référenceur SEO chez REMÉDIA. Mon travail consiste à accompagner les organisations dans la rédaction de contenus originaux, professionnels et agréables à consulter. Mes compétences en langue française et ma longue histoire d’amour avec la littérature me permettent d’offrir à ma clientèle un service unique qui associe à la fois ma rigueur de technicien en bureautique et ma créativité de littéraire.